Saint-Fiacre

Date de création : 1804
Lieu des reliques : pas de reliques
Site internet : pas de site internet
A Limoges, on sait grâce à divers documents d’archives qu’il y eut une confrérie Saint Fiacre à Saint-Pierre-du-Queyroix dès le XIVème siècle.


Au XVIIIème siècle les jardiniers de la ville avaient pris saint Fiacre pour patron et l’honoraient dans plusieurs paroisses, et à la veille de la Révolution, il subsistait deux confréries de Saint Fiacre, établies à Saint-Maurice de la Cité et à Saint-Gérald.
Le culte de Saint Fiacre, à Limoges et en Haute-Vienne, et beaucoup plus ancien et attesté depuis six cents ans au moins. C’est ainsi qu’à Grandmont, un inventaire de 1496 révèle que le trésor de l’abbaye possédait un reliquaire de Saint Fiacre.
Dès le Concordat, en 1804, ces deux compagnies se réorganisèrent, la  première à la cathédrale, la seconde à Sainte-Marie.

La Confrérie de l‘église Saint-Etienne connue sous le vocable : « les anglais »
Dans la cathédrale Saint-Etienne de Limoges, (Chapelle des reliques), on voit une statue de Saint Fiacre, datée du 17e siècle en costume monastique, un livre à la main gauche, s’appuyant à droite sur une bêche. Protégée au titre des MH le 20/02/1974 et restaurée en
2003 par Daniel Nicaud.

La Confrérie de Saint-Fiacre de Sainte-Marie dite «  des Français » en 1902

On trouve toujours à Limoges, dans l’église paroissiale de « La Présentation de la Très Sainte Vierge », dite église paroissiale Sainte Marie, une statue en bois taillé, peint, doré et argenté. Ce Saint Fiacre porte un costume monastique, aux cheveux blancs, à barbe bifide. Il tient un livre ouvert de la main droite et il s’appuie de la gauche, sur une bêche. Cette statue est datée du 17e siècle. La statue a été protégée en 1974. (Renseignements pris dans la Base Palissy)
St Fiacre Sainte Marie (2)

Dans la même église de Limoges, on trouve un tableau sur le même sujet, protégé en 1989, et n’étant pas, à l’époque, dans un bon état de conservation
Elle s’est réunie toujours a l'église Sainte-Marie pour la fête de son saint patron jusqu’à la mise en sommeil de l’association en 2000 par manque d’adhérent (uniquement professionnels de part les anciens statuts).